08/09/2016

"L'héritage de tata Lucie". Philippe Saimbert.

Quand ils apprennent le décès de leur tante Lucie, les parents de Joseph, 13 ans et narrateur de cette histoire, ne pleurent pas la perte de «la vieille toquée. Ils sont contrariés de sacrifier une partie de leurs vacances. Comme ses parents, tous les oncles et tantes de Joseph n’aimaient pas la défunte et avaient toujours dénigré sa vie désordonnée. Tous tombent de haut à la lecture de son testament: cette vie dissolue lui a permis d’amasser un plantureux pactole. Pour l’obtenir, les clauses du  testament de tante Lucie obligent les neveux et leurs familles à s’installer dans la maison de la défunte, une vieille ferme rustique à Moncaubet dans le Béarn pour mener une chasse au trésor et retrouver dans un délai précis un bijou caché dans la propriété. Celui qui le découvrira, héritera.

Joseph nous raconte cette quête familiale loufoque en livrant ses commentaires d’adolescent sur  les attitudes intéressées et hypocrites de sa famille, avec un certain détachement dans le mesure où les charmes de sa belle cousine ne le laissent pas insensible…


bijou.jpg

L’auteur.

Ne en 1962 à Pau, Philippe Saimbert est un auteur et scénariste qui emprunte diverses pistes artistiques pour s’exprimer.
Auteur  d'albums de bande dessinée dans des domaines aussi variés que le fantastique, le thriller, la SF, Philippe Saimbert  a publié en 2010 ce roman d’humour en Béarn où il réside et qui s'intitule « L’héritage de tata Lucie » 

Commentaire.

1540-0.jpgTata Lucie, ce n’est pas du tout Tatie Danielle*. C’est même  l’inverse. Tatie Danielle était une vieille dame odieuse, mesquine, menteuse. Ici, rien de cela avec Tata Lucie qui n’a ennuyé personne de son vivant: il y avait  du monde à son enterrement, une majorité d’hommes certes. Post mortem, elle  tente de se venger finement de ses neveux qui l’ont mise à l’écart du cercle familial.

Ce roman rappelle surtout l’exacerbation habituelle des tensions entre les héritiers qui surgissent de détails inattendus. Les cabinets des notaires sont le théâtre quotidien et privilégié de ces déchirements familiaux.  La réussite sociale, la situation conjugale, l’argent,  les résultats scolaires des enfants acquis par certains et pas par d’autres amplifient encore les anciennes rancœurs ou rivalités de jeunesse. L’héritage d’une maison, de bijoux,  de meubles deviennent ainsi l’ultime et dernier bastion à conquérir quand des rivalités fraternelles vivaces subsistent. Dans ce climat passionnel après le décès d’un proche, les mots échangés éloignent encore plus certains héritiers.

Les personnages du roman ont un côté famille Bidochon, sont plaisants ou pas. Ils peuvent faire sourire malgré de multiples disputes ou digressions qui lassent. La description de la campagne profonde est excellente! Le style de Philippe Saimbert est populaire, exubérant avec une verve qui fait songer à Fréderic Dard.

Comme l’humour est  un phénomène singulier qui doit entrer en résonance personnelle, ce livre plaira à certains et pas à d’autres…

Un passage

« Il est vrai qu’une étude de notaire, c’est presque comme une église; on y médite, on se recueille…et on espère beaucoup ».

 *Tatie Danielle est une comédie française écrite par Etienne Chatiliez en 1990

09:31 Publié dans Livres | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.