29/05/2015

Blue Zones: ancrage et osmose.(2)

Les «Blue Zones» ou zones bleues désignent donc plusieurs régions du monde où, sur un petit territoire déterminé et sur base de données mesurables comme les effectue Michel Poulain, vit un certain nombre de supercentenaires.

Dans ces zones, la longévité est  bien vécue par les résidents qui ne sont pas malades ou dans un état lourd d’incapacité. Ces centenaires agiles font de l'exercice régulièrement ou s'occupent de leurs jardins.

Au sud de la Chine, le canton de Chengmai compte dans ses villages parsemés d'orangeraies plus de 200 centenaires, ce qui donne un ratio centenaires/ population, très élevé. Les habitants de Chengmai résident aussi  dans un milieu sain avec une alimentation à base de fruits et légumes. Dans un climat tropical agréable, ils cultivent leurs champs.

Les habitants dont Xu Yuhe, 104 ans attribuent volontiers leur tonicité à la liqueur locale à base de céréales. Rappelons qu’en Sardaigne, c’est le Cannonau qui réchauffait les habitants et qu’à Okinawa, un petit verre de Saké entre amis est le bienvenu. Jeannette Calment, morte à 122 ans, vantait son petit verre de Porto.

 

vin 2 .jpg

Venise, au bord de la lagune.

Une consommation très modérée d'alcool* peut s’avérer favorable mais uniquement  chez les femmes âgées de plus de 65 ans.

La vie sociale de ces seniors chinois est régulière et dense:«chaque matin les anciens se réunissent sur les bancs de la maison de thé, les hommes jouant aux cartes et les femmes bavardant ou écoutant de vieux enregistrements d'opéra.»

Chez les Hunzas qui habitent le Cachemire, la maladie n’existe pas et les vieillards alertes  conservent chevelure et denture.

On trouve de nombreux vieillards en parfaite santé chez les indiens de la vallée de Vilcabamba en Equateur. Cette vallée des centenaires bénéficie toute l’année d’un climat agréable avec des températures comprises entre 18 et 24°. Tous ces peuples comme les Abkhazes habitant une région du Caucase entre la Russie et la Géorgie ou  les Mormons ont une alimentation équilibrée.

2 facteurs.jpg

 

Il me semble aussi au vu des récits recueillis dans les Blue Zones ou chez nous que la plupart des seniors très âgés ou centenaires ont bénéficié de 2 autres atouts.

+ un ancrage territorial.

La permanence d’un ancrage territorial  n’a pas contraint  ces supercentenaires à rejoindre le flux de la mobilité. Beaucoup habitent et ont travaillé dans leur région ou la vallée de leur naissance. Rappelons-nous d’ailleurs en France le témoignage de Geneviève Casadesus, centenaire, qui a «bénéficié d’une grande stabilité affective mais aussi géographique car aujourd'hui encore, elle habite l'appartement où elle est née »

Les Okinawaïens émigrés au Brésil ont abandonné leurs habitudes de vie et n’échapperont pas aux maladies ; leur espérance de vie est aussi diminuée de dix-sept ans.

+ une trame de vie en osmose avec le milieu.

L’organisation et les rythmes de vie des grands seniors sont souvent déterminés par

·       la synergie avec la nature.

·       la conservation des traditions.

·       une pratique spirituelle quelle qu'elle soit.

L’ancrage territorial et une trame de vie en osmose avec le milieu évitent à l’individu  de nombreux tracas (transport, trajets, déménagements…), permettent un équilibre persistant avec la présence d’appuis connus (membres de la  famille, voisins, amis…) et des points  temporels de repère (fêtes, rites, habitudes…). L’aspect humain et relationnel d'une vie est préservé et l’harmonie psychique qui en résulte est sans doute très favorable à la longévité. 

* On peut attribuer l’aspect cardioprotecteur du vin à sa contenance en resvératrol, un polyphénol que l’on trouve principalement dans le vin rouge issu de l’agriculture biologique. Par contre, chaque verre d’alcool, dès le premier verre, représente une hausse importante du risque de divers cancers (bouche, pharynx, œsophage, sein et colorectal). Journal (Le Soir  11 février 2015 page 26).

Commentaires

Nouvelle zone d’étude de la longévité en Italie près de Naples qui concerne des centenaires et non des super centenaires...mais avec une belle proportion de la population!
En Italie, au sud de Naples, dans le Cilento, le village d’Acciaroli compte en effet 86 centenaires sur 700 habitants, soit 12% de la population.
L'Université américaine de San Diego a donc décidé d'y envoyer des chercheurs dès ce mois de mais 2016, pour percer leur secret.
On sait déjà que ces centenaires italiens bénéficient d'un air pur et consomment leurs propres légumes et fruits.

http://www.europe1.fr/sante/le-mystere-dun-village-de-centenaires-en-italie-2717647

Écrit par : Claude | 02/05/2016

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.